(J.I 73) Petits pas de chance

    






Toutes les moqueries

Tous les jugements

J’avale tout comme le vent

Endosse ma supercherie


Le temps passe

Et ma décadence

Suivie à la trace

Danse mon dense


Décalé en transe

J’en pince pour le décalage

À la ligne aux bouts de mes pages

Au beau milieu de la France


J’aurais pu n’être ailleurs

Mais quelle importance

Le fil de ma candeur

Se brise comme on le tance


Je bois pour lire

Des banquettes de blogs

Et me drogue

En digérant des veaux mires


J’aime bien les flags

Ou les flic floc

Où les doigts sans blagues

Me drapent haut le froc


J’ai perdu ma vie

À concourir contre moi

Vous pardonnerez l’envie

Des larmes que j’ai d’émoi


Mes démons au fil des mois

M’enchantent tout seul

Tout comme me suis fait roi

D’un homme partout seul


Je vous vois venir

Des partouzes en enfer ?

Le rêve ou l’avenir,

Je m’en vais sans vous plaire


Je n’aurais parlé que de moi

Mais ici-bas je n’aurais sans mentir

Imposé que ma bonne foi

Surchargée d’ombres démenties


Et sans m’attirer

La vie qui ne m’attire pas

Signera d’un retrait

Ma folie du bout des doigts


Alors j’émargerai

À la folie à la folie

L’amour un peu vrai

Pour la vie pour la vie


Et sans m’étirer

D’une vie qui ne m’attire pas

J’apprendrai le métier

Faire semblant d’être à moi


Une réunion Tupperware

À domicile des sex-toys

Un clip de putes au noir

Ou deux trois Minimoys


J’aurais pu m’être ailleurs

Mais quelle importance

Le fil de mes torpeurs

Fêlure en vacances






Cribas 11.10.2007










Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page