Les cheveux d'ange sont aux poils...

                                    











Affaire sentimentale ou l’origine du monde. Lis ou file dans ton monde, je ne suis lui pour personne.

Pète le feu la vie, les poètes s’enorganiseront. Les poètes sont des cons. Ils vivent entre eux, comme dans le monde.

Dépassons nos choses sérieuses. Victoires à l’échafaud.

Poètes, et chaudes fourrées mon cul,

Du cinéma de textile et de dentelles.

Et aussi, pourquoi pas, de strings séchés.

Je n’ai rien à dire d’enduit, alors je l’écris sans doute.

C’est doux, c’est fêtes d’hiver et jeu ment fou.

Tu diras que j’ai bu, que je bois en écrivain, qu’ainsi j’écris d’imbuvables dictions, que je bégaye alentour, que je fais du mal à la littérature, que je vole de tournoi en tournoi, que je singularise mon exception, que Je rat ta queue.

Fatigué. Tant d’hivers derrière moi.

Scie jeûne à mort.

Silence.

Le père ça peint ses boules comme une ordure.

Je m’ennuie j’ai le droit non ?

Ma sapine s’est fait la malle

Avec le papier Kraft,

Et les trois e-mages au bal

Restent sages comme un staff Brandy.

Le monde et ses cures.

Le père-nobel est un bon acteur à succès

De films obscurs en tics,

Sapin des pisses.

Chaque année mes aliénées de compagnie ont bon goût.

Merci ma chatte.






Cribas 20.12.2007





Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page