Poètes en carton (A Bragi et consorts)

                     









Les ombres passent

Et les heures sombrent

Au fil du temps

 

Sans être prêt

On a déjà l’âge de mourir

Alors on résiste

 

On se dit que demain

La tombe

Et son courage et le vin

 

On se dit des choses

Risibles

On te mange dans la main

 

Avec l’allure du venin

Tu feras comme la rose

Une piqûre et un souhait

 

Tes futurs regrets

Auront de la prose

L’indécence sans pieds

 

 

 

 

 

Cribas 01.08.2010

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page