L'homme à la moulinette

              





Enfant j’avais la foi,

Comme beaucoup d’anges à genoux

Ayant vécu dans les vieilles structures.

Issue d’un vieux moule

A gaufres,

Et d’une huître

Fermée à jamais :

 

J’ai perdu la foi

En même temps que mon diaphragme

Estomaqué par les lois

Et mes douleurs intestines

Ont serré mon cœur

Si fort.

 

Le fameux manège,

La roue dentelée

Un cran au dessous de la neige

La poésie gênée…

 

Toutes mes raisons de survivre

Y sont passées…

L’âme s'achève la corde au cou,

Ses pensées dans le bas ventre.

 

 

 

 

 

 

Cribas 10.12.2010




Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page