COMETE, LA LEZARDE

           





Chacun d’entre nous découvre un jour la translation verticale qui nous rapproche tous. En direction des niveaux sous-sol de l’âme une flèche rouge annonce en clignotant, l’urgence charnelle de disparaître.

 

L’ascension en tube.

 

L’antre de la conscience affiche son numéro d’étage précédé d’un trait d’union, et de la sorte, ce signe négatif rappelle que l’enfer, mathématiquement, est à jamais notre blâme à tous, durable au-delà de l’éveil.

 

Il n’y a pas de sens, lorsque que la conquête est l’essence.

 

L’amour est un choix, qui monte et qui descend, alors

 

Que lézarde la mort !

 

Ma descente au paradis fait gicler en moi une montée d’enfer, et je balance ma tête à droite

à gauche,

la corde au cou.

 

Chacun d’entre nous sait où il se trouve, avec l’exactitude GPS d’un ramasse-miettes du petit Poucet sur une nappe monde,

Certes,

Mais qu’en est il du point de départ référence de nos révolutions ?

 

Chacun sait le sens de sa direction en vérité ?

De la réalité de sa division ? De l’altérité de sa vivisection ? De sa dualité dans l’aversion ?

Mais qu’en est il de la véracité de notre immersion en eaux profondes jusqu’aux cieux ?

 

L’ascension en tube

 

On en sait des choses à pieds

Des choses à mettre à plat

Des proses à tort et à travers

 

Mais chacun d’entre nous découvre

Que sa petite bête qui monte

Est idiote, même éthérée !

Même les étoiles ont un goût de souffre terrestre

 

L’ascension en tube

Les âmes sont divisibles

D’électrons libres en microparticules

Les parois de verre où l’on s’écrase

Dans tous les sens on se désarticule

 

Je rêve d’une comète

Me percutant à l’aube d’une de mes nuits livides ;

Electrique, futile mais lucide à ma bête,

Elle arracherait de ce plan ma tête

Aspirant tout de moi ,abandonnant ici inerte, mon âme rigide.

 

Et l’ascension en cet instant

Ni le jour ni la nuit

Seulement un ciel infini 

Aux milliards d'astres tisserands

Et de destins filés

Espace que tous, notre somme

 

 

 

 

Cribas 08.05.2020

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://cribas.fr/index.php?trackback/1202

Haut de page