Le prix du sacrifice présente sa facture.
 
Mais comme on a deux mains, au moins par une on va se prendre.

On s’avancera d’un ou deux pas de nos silences…Et peut être qu’on verra des mains se lever, pour accueillir notre enfance enfer.

Et commencera l’amour. C’est une hypothèse. Le grand A ne s’impose pas.

(Le prix du sacrifice présente sa facture. Mais comme on a deux mains au moins par une on va se prendre. On s’avancera d’un ou deux pas de nos silences…Et peut être qu’on verra des mains se lever pour accueillir notre enfer. Et commencera l’amour. C’est une hypothèse. Le grand A ne s’impose pas.)


C’est bien joli Messieurs dames de nous présenter vos fractures comme un sacrifice. Quand on a deux mains on peut se pendre à deux ! Réveillons-nous ! Les victoires s’avancent au cœur de la défaite…
Et on est bien con, tout surpris et déjà prêt à se remiser… Faudrait voir à prendre la chemise qui brille de temps en temps…Faudrait s’habiller un peu plus souvent sans passer par la remise.
Dis donc ! T’as toujours cassé tes crayons et tu veux qu’on t’encourage à dessiner ? Faut pas casser les jouets quand on est petit…Ainsi le plus beau reste pour la vie…Et le plus beau c’est qu’il apprend.


Et des jouets enjoués de mémoires déjouées enfin…par le temps…Et les jouets, ça se prête, ça se partage, ça se multiplie pour la fête ou, ça se départage quand ça ne se prête pas.Oui, il y a des jouets qui ne se prêtent pas. Ils ne se prêtent pas alors on les partage.

Le plus beau c’est que certains jouets apprennent. T’apprennent jusqu’au moment où tu les aimes, et quand tu les aimes bien fort ils te subjuguent.
Pour un temps, la vie c’est pour la vie mais parfois ça se jugule, la vie. Jules était en vie et se demandait bien dans quelle jungle il vivait.


Ma plume est un jouet.

Je précise aussi que les plumes ne sont pas toutes des jouets. Rarement plume n’est à déjouer. Le prix du sacrifice présente sa fracture. J’ai bien pris soin de mon jouet pourtant. Mais au fil du temps je me demande si il n’en a pas profité pour se patiner.
J’en profite pour insinuer que patiner est un jeu. Deux patins comme ces jouets de glace qu’on a le droit de rayer.


Sinon, la glace, il est plus judicieux de la briser. De s’asseoir à table et de lever son verre de jus vers les autres et les cieux. Il n’y a pas de sacrifice plus humain que celui de la fracture mentale qui s’opère dans l’unique but de prendre soin de son jouet. Il n’y a pas de fracture quand on paie le prix de sa facture. Le prix du sacrifice est humain et nous présente sa facture.
Mais comme on a deux hémisphères, au moins sur l’un on va s’étendre…



Cribas 2005