A deux siècles de là

Vivaient d’autres hommes

D’autres femmes

Je n’étais qu’un enfant

Enfermé dans sa chambre

Et les voix du salon

N’y prenaient pas garde.

 

Je suis devenu

Deux siècles plus tard

De plus en plus vite

Une voix de salon

Pour personne

Par souvenir indélébile

Et porte ouverte sur ma garde

 

Il n’y avait pas d’issue

Si ce n’était la peur

Par la fenêtre

Alors la faim ouverte la porte

Où l’on va

Je suis allé vers le risque

Sans nom

 

D’un pas hésitant

A faire résister un mort

J’ai fini parcourir

Vers la fin de ma vie

Achetée par la fenêtre

A passer par la porte

Sans nom

 

Je me suis jeté seul

Pendant que d’autres

On les poussait loin du seuil

Avec le rire et l’affection

D’une main douce

Compréhensive dans le dos

Comme la chaleur d’une épaule

 

 

Cribas 11.05.2008