J’ai passé beaucoup de temps

Pour ne pas dire tant et tant

Si souvent de temps en temps

A niquer la mort au bon temps

 

Bon tant pis c’est ce que je dirai

En cas de légitime France

Défoncé comme l’avenir à la raie

L’étang fonce et m’errance

 

La beauté du pluriel

Ne m’a jamais été singulière

Et les fronces du ciel

M’ont arqué régulièrement

 

Bien ancré dans la plume

J’ai frappé l’enclume

Jusqu’aux masses où l’on se sent

Bien marteau et dans le rang

 

 

 

 

 

 

Cribas 20.05.2008