Je veux parler un peu. Dire ma vie comme on l’expose sur un blog. Existence silencieuse dans une démarche à rebours. Quel temps fait-il hors dépression ? Chez vous?

La lune, le soleil et les nuages, abaissent ma vue à contempler l’étalage des gens sérieux.

T’es sérieux ?

Oui je suis sérieux.

Je suis sérieux sans lettre de feu.

L’être des fous est aussi plausible que l’antre deux feux.

La vie existe au travers de l’avis de l’autre.

Schizophrénie compacte.

Pourtant sans pacte, ma vie est impactée par une religion mortelle :

Celle de l’argent.

Avoir, vivre de pouvoir !

J’ai un peu je parle un peu.

Je veux parler. J’ai un vieux châle dans la voix:

Un ami d’enfance qui porte mon nom, aux abois.

Ma vie à la noix

Elle se moque de l’enfer

Et c’est dans la joie

Que j’annonce mes vers.

L’amplitude est exacte

Le rêve en fait des tonnes

L’existence malaxe

Une poésie métronome.

J’ai parlé un peu

Parfois l’homme est plus grand que son gnome

Et le parfum des femmes

Moins fort que la gnôle…

 

 

Cribas 02.05.2010