Je me suis tant relu que je me mare

Du verbe dans la vase

Mariée à la langue française

Tel un clébard

 

Mon existence parallèle

Parallèle

Regorge de foi

 

N’avalant plus que son latin

 

Il faut dire qu’après jour

Tout se ternit et la nuit

Et la nuit bonjour

Les fuites de satins

 

Mariée à la blague Française

La patine de mes nuits

Offre et son sexe et l’horizon

A nos vieilles alèses

 

 

Cribas 15.05.2010