C’est la fin que j’invente

Comme si elle m’était exigée

C’est le vent que j’éreinte

 

Il ne me pousse pas dans le dos

Adolescent déjà

J’étais loin d’être écolo

 

Je fonçais dans les murs

Allant dans l’apprêt

Avant je n’étais jamais sûr

 

A force d’aller de l’avant

On ne se sent jamais prêt

Et après on est toujours devant

 

Après on est vieux

Avant l’âge

Et les murs, eux,

De plus en plus larges


 

 

 

Cribas 29.05.2010