Les alcools sont aussi faux

Lorsqu’on parle de vérités

Qu’un pêcheur de bateau

Qu’un hameçon de l’ivraie

 

In vino veritas

L’alcool m’a délivré

Du poison des mensonges

Mais jamais de ma nasse

 

Le sang n’est pas levain

Le vin rougit le sang

Un essaim rouge dans le vent

Vers minuit du matin

 

Les guêpes fourmillent comme des mouches

Les abeilles déshabillent le printemps

Ça sent le foutre, l’ADN en cartouches

La poésie sans réglisse de mes dix ans

 

 

Cribas 15.06.2010