A peu près tout m’a dépassé

J’ai été fou et lyrique

Loufoque ou lubrique

Ensuite je me suis débranché

 

La poésie

L’adolescence

Prendre parti

Pour son aisance

 

Toutes les tours ont des ratés

Des marches qui déjantent

J’avale de la fumée

Des ailes brûlées selon les anges

 

Je précise ma guigne

Sous des torrents à ma guise

Mon premier amour fut indigne

Y figurant sans prise

 

A peu près tout était givré

L’amour de la trique

Son enfer désespéré

Vivre au salon des mimiques

 

Après ça les rimes on s’en fout

On se les répète

L’enfance ne vaut que le clou

Qui dénonce son adresse

 

 

 

 

 

Cribas  29.07.2010