Il ne reste plus qu’une seule véritable saison à vivre. L’hiver, ce noyau sans adjectif, dur et fondant tout au plus.  Glisser, tomber vers le néant. L’avalanche de vies expérimentées, sur l’âge enfin, de notre propre existence. L’hiver a bon dos. L’hiver c’est d’abord un truc moche.

Le printemps ne soulage que dans les bosquets, ou dans les draps blancs mécaniques des hôtels Formule 1.

L’âme qui hurle, qui s’écrit, c’est d’abord une brute. Nul besoin de vérifier l’époque dont l’esprit est issu pour assouvir le fantasme de ce prélude à la mort.

L’humanité se ressemble, tout au long de sa nudité. Voyage éternel, infernale répétition de la fluidité masquée de l’histoire.

Grisaille hypocrite.

Vive internet et la TV couleur.

Noir et blanc tu es, et tu retourneras poussière sous le soleil.

A la fin de l’automne complice, lorsque la boue mesure la pluie, l’été répand son astre et gicle dans la glace.

L’hiver des barbelés donne un nom à l’été des barbituriques.

Le printemps est invivable, il n’y fait jamais assez chaud quand on est nu, et l’automne valide le principe de précaution humaniste que représente l’hiver dans sa douce folie.

Ne jamais corriger une idée sempiternelle enfin couchée avec vous.

Sur le papier, même sur le papier, ne pas se reprendre en rayures.

Le soleil brille et tombe la nuit.

La face cachée de la lune existe.

Les larmes applaudissent le mensonge, alors qu’en vingt-quatre heures, la plupart du temps, un jour il fait nuit, un jour il fait jour.

Les plus vieux poèmes sont malades, les plus jeunes exorcisent leurs symptômes.

 

 

L’hiver à mon âge

Il faut demander la permission :

Vieil ado plein de rages

Ou jeune vieillard sur la démission ?

 

Parcourir le monde

Pourrir de fistules à Disneyland

Et sans lunettes rondes

Ravaler son vomi pour faire écran

 

Le quatrain minable

C’est un art de vivre

Un choix dans la fable

Sans contrepèterie

 

Le printemps sentait déjà bon le sapin

Avec l’automne rance j’ai compris

Que mes étés compteraient un homme en moins

Plus nos hivers artificiels

 

 

 

 

 

 

 

Cribas 13.12.2010