Ils ne survivent qu'en palabres

Ou parfois même

Se taisent à tout jamais

N'ayant appris le rêve au préalable

Mais une question me tourbillonne

Comment font-ils

Parfois dans leur vie

Et devant l'urne pour hisser le pavillon

Pour y croire encore?

Leur importance individualodémocratique

Après le show politicovidéoludique

Me file le tournis, me ficelle l'estomac

Tous ces petits David en bande

Devant ces Goliath organisés

Me foutent le désespoir au taquet

Ils médisent sur le petit, le gros et la verte

L'illuminé, la rouge et l'ouvrier

La bête immonde et l'épineux rosier

 

Et moi je m'en fous

Je dessine ce qui n'est pas encore décimé

Je porte la cocarde arc-en-ciel

Cachée sous ma peau près de mon cœur à gauche

Parce qu'il faut bien un nom

À cette religion inconnue

 

Un seul peuple en redemande

Et tout est déglingué

Comme toujours chacun quémande

Sa petite note de frais

Que de lâches à la télévision

Et les fauves anonymes se lâchent

Sur les réseaux @sociaux

Chacun accomplit sa part de mission

Ça occupe

Ça compense la léthargie de l'esprit

De se prendre pour un espion

En vérité moi je vous le dis

À vitesse réelle

Il y a des balles dans la tête qui se perdent

Maintenant que le sale boulot est fait

Allez vous rebeller braves gens

Le petit maigre a ri

Le grand gros rira

Et les autres?

Riront bien jaune derniers poissons rouges

 

Et moi je m'en fous

Je dessine ce qui n'est pas encore décimé

Je porte la cocarde arc-en-ciel

Cachée sous ma peau près de mon cœur à gauche

Parce qu'il faut bien un nom

À cette religion inconnue

 

 

 

Cribas 24.04.2012