Elle croit qu'il n'y a que l'amour qui vaille

la peine - et que la paille

révèle-

Elle croit que seule la franchise s'écoule du tamis lorsqu'on rince l'humanité

à l'eau claire

Mais j'aime quand même le roulis de sa rivière.



Elle est sûre que l'être est un âtre et qu'il suffit de souffler sur les braises

afin que chacun d'entre nous réchauffe l'autre.

Elle a des flammes dans les yeux,

des rais de clarté verts et bleus.



Son optimisme, sa joie de vivre, sa jeunesse éternelle

sont au temps qui passe, le seul espoir qui reste.

Toutes ses forces, elle les transforme avec grâce en féminines évidences.

Toutes les qualités que son enfance lui a offertes,

me rappellent que les faiblesses de la mienne étaient un legs.



Son optimisme, sa joie de vivre, sa jeunesse éternelle

sont autant de pépins sous ma langue

 quand je m'adresse à elle

d'épingles transperçant mes pupilles

 lorsqu'elle me laisse en l'état

d'agrafes sur mes lèvres

 dès qu'elle cherche à me clouer le bec

de copeaux de sang noir et d'encre, dans mes artères, tandis qu'en me fixant

elle.



Sexe prime sur le caractère du flot incessant de ses rêves dans le mien;

Délicate nature qui m'étrangle,

de son étouffante atmosphère;


écœurante asphyxie de l'étrange

d'un bordel en silence.

 

 

 

Cribas 15.04.2016 (Texte Repris en Oct 2016)