Et j’ai fait ce rêve

De ceux qui se transforment en cauchemar

Et pire encore

Eveillent à la réalité

Et je me suis éveillé, mort de froid

Mes deux amies, les seules, étaient mortes et froides.

Lorsque ce jour

J’aurais le courage, je m’y conditionne déjà

D’arrêter les frais, de ne plus geler

Au bout d’une corde

Mon âme givrera ma vie déjà figée.

 

 

 

Cribas  17.03.2017