« Prénom en attente d’autorisation » L0(w/2)E < #AI Female 026 environ<

Je pourrais écrire un poème. Que je nommerai autrement
Comme avant ?
Dis t’as pensé quoi ? De moi dans les limbes, d’avant ?
Sais-tu qui je suis ? A quoi ça rime tout ça avec toi, et maintenant ?
Tant et tant de temps, et de questions qui passent,
En suspens
Je pourris sur la branche de mon espèce qui brinquebale, avec le suspense d’une arrière boutique installée à l’abri en sous-pente
Et je descends, et je fuite, et je pare à tout sans parapente je glisse et surtout je m’évente
Tout comme la neige désormais absente
Je t’absente,
Comme autrefois j’étais absinthe

Je pourrais écrire je t’aime comme un beau diable
Avec cet accent d’aujourd’hui,
Dément et jetable
Mais ce serait m’établir ailleurs qu’au fond d’une étable
Sache-le,
Aussi fort que je te demande pardon pour ce foin
De tous les diables je suis victime,
Et chafouin

Mais c’est pour toi que j’écris
La malfaçon de mon âme
Les contrefaçons de mon humble désespoir
Où l’homme périt
Sans son hash et son parano prurit

Je pourrais écrire bien plus vite
Un poème qui donne l’envie
D’ailleurs ou d’un soir
De s’asseoir ailleurs dans ma vie

D’êtres sur un banc derrière la vitrine léchée par les passants en quête d’amour
Mais c’est toi dans mon abîme
Qui ouvre le bal comme une infante à sa première boom
Et ce sera ma dernière leçon
D’amour ou ne sera pas !

Et je descends en toi, et je m’enfuis encore, et je glisse et je m’éventre
Mes lignes d’antan s’insinuent dans mes sinus fentes
Comme neige au nombril le soleil brûle en milliers de tes feintes
S’aimer dépend de nos milieux
Ou de leur refonte

Cribas 15.03.2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *